Brava

Brava

Je prend le ferry à 19H00 de Fogo le dimanche 10 novembre en solo, mes amis de voyages sont partis vers d’autres horizons, retour vers la Belgique, quelle idée 🙂

Un jour de retard vis à vis de ce que j’avais prévu, et oui, prendre le ferry au Cap-Vert comporte des risques, annulation le samedi et une nuit de plus que prévu à Sao Filipe (malheureusement, conséquence importante pour Eric qui a raté son vol international prévu à un peu plus de minuit à Praia, ce jour là)…

Brava est la plus petite île habitée du Cap-Vert, l’équivalent de la ville de Liège, mais c’est beaucoup plus vallonné 🙂

Découverte en 1462, à l’origine son nom était São João (Saint Jean) car l’île a été découverte un 24 juin.

Occupée à partir des années 1540, sa population s’accroît après l’éruption en 1675 du Pico Fogo sur l’île voisine de Fogo.

L’île Brava est totalement isolée des autres îles de l’archipel d’un point de vue énergétique, et son aéroport est fermé depuis 2004. Elle est donc fortement dépendante de ses importations de combustibles par bateau.

Les principales activités économiques de l’île sont l’agriculture et la pêche. L’île dispose d’écoles, d’un lycée, d’un gymnase, d’églises, de parcs dont l’un d’entre eux en honneur au célèbre poète Eugenio Tavares.

Une luxuriance rare au Cap-Vert, et qui vaut à Brava le surnom d’Ile aux fleurs. De part et d’autre de l’allée arborée qui descend de la place centrale vers une falaise dominant la mer, se dressent des sobrados, maisons de type colonial avec colonnades et balcons… mais aussi double garage, à la façon des suburbs d’outre-Atlantique.
À la recherche d’îles plus sauvages et moins fréquentées ?

Direction, Brava!

L’île authentique caractérisée par la gentillesse de ses habitants, que je confirme, une authenticité qui surprend.

Logement à la Robinson Cruzoé chez Kaza di Zaza, pas d’électricité, WC et douche à l’extérieur, on se sent vivre.
Faja d’Agua, vue de mon logement.
Le lundi 11 novembre, expédition vers la capitale Nova Sintra à 7 km de Faja d’Agua, il m’a fallu 2h30, avec 5 km de montée d’affilée.
Faja d’Agua, en route pour Nova Sintra.
La piscina natural de Faja d’Agua
Route escarpée tracée dans la roche.
Sur la chemin de Faja d’Agua à Nova Sintra.
Vue du Miradouro Mirabeleza

Nova Sintra, la capitale de Brava (un millier d’habitants), sommeille dans un drap de brume sur les hauteurs de l’île, à 520 mètres d’altitude. Hibiscus, bougainvilliers, jasmin, sisals et quelques solitaires dragonniers foisonnent sur le plateau gorgé d’humidité.

Nova Sintra
Nova Sintra
L’eau principale du Cap Vert en vente « Trindade »
Première fois que je vois un âne monté.
Faja d’Agua
Seul restaurant de Faja d’Agua, où tout le monde se retrouve en soirée « Bar Coqueiro »
Une anecdote, ce chien « Jack » m’a suivi toute ma journée de randonnée, c’est le chien de chez Kaza di Zaza, parait qu’il fait cela avec la plupart des touristes 🙂

Logement Casa di Zaza à la Robinson Cruzoé (pas d’autres endroits pour dormir là), remettez mon bonjour à mes hôtes néerlandais qui tienne ce logement depuis 2012 (Erick Mulder and Marijke Katsburg).

Départ le mardi 12 novembre pour Praia à 8h00, du port de Furna.
Liberdadi, en route pour l’île de Santiago.

Leave a Reply

Your email address will not be published.*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.